Entraînement difficile >> combat facile…

14 juin 2018 0 Par Denis Descamps

 

Mercredi 13 juin. Retour au Training Day Boxing, la salle créée par Cédric et Gary Anad. Deuxième session avec Coach Salif, fondateur du concept ISI : « Intensif Sport Instinct ». Intensif, je n’ai pas tardé à le vivre pleinement…

Le thème du jour : sentir la douleur, l’expérimenter dans son corps et dans sa chair. Un thème qui s’est doublé d’une découverte sur le « placement » de la respiration. Deux leçons essentielles pour un karateka, qui ne devrait pas aborder le moindre combat avant de s’être essayé au moins un an dans une salle de box thaï.

Quand la fuite n’est pas une option !

La séance commence par un enchaînement de coups de pied, ou plutôt de coup de tibia car ici, la surface de frappe n’est pas le pied, trop fragile le petit, mais le tibia, sorte de batte de baseball lancée pleine balle dans mes côtes flottantes et mes cuisses. Chaque impact est une souffrance (merci Salif) et une révélation : personne n’est armé pour résister à low kick, aucune côte n’est structurellement conçue pour résister à un middle kick ? Voilà confirmée l’inspiration de la première session : sans défense solide, il ne peut y avoir d’attaque. Préserver son intégrité physique devient vite une nécessité vitale et Salif m’apprend a esquiver, à parer les coups en opposant mon tibia à celui de l’assaillant, à éviter d’être touché.

Gary prend le relais et me montre sa méthode pour se protéger de ces attaques hyper efficaces : c’est beau, c’est limpide. J’apprends. Je savoure. J’écoute. Je mémorise. Le karateka que je suis sait déjà comment il finira par transposer cela dans un dojo. Il faudra beaucoup bosser.

En attendant, les exercices s’enchainent et le coach se déchaîne. Il me met la pression pour que je comprenne que sur un ring, il n’y a qu’une option, combattre et accepter d’en prendre plein la courge (que les producteurs de ce magnifique légume ne me blâment pas)…

Il n’y a pas d’efficacité sans maîtrise du souffle.

Puis vient l’heure du workout, du fullmove, du bootcamp, bref, de la préparation physique. J’explose en vol. Dur, trop dur, mon cœur dit STOP ; Salif ma emmené là où il voulait pour me faire comprendre que la maîtrise du combat vient de la maîtrise du corps, qui elle-même vient de la maîtrise de la respiration. C’est ce qu’il appelle « la mélodie du combat » : inspirer sur les temps morts, expirer sur les frappes au moment de l’impact. Comme un kiai de faible intensité. Qui rythme le combat. Rester debout. Rester vigilant. Rester droit.

Sans cette maîtrise du souffle, les muscles brûlent, le cerveau s’épuise, la garde s’affaisse et là… attention tonton, gros danger. Salif m’explique que le combattant intelligent est celui qui évite les coups et qui gagne en construisant sa stratégie, en préservant avant tout son intégrité physique. Le combattant est un athlète, un guerrier, un stratège. Il doit être prêt. Et pour cela, il n’y a pas 360 solutions, il y en a 3 : le cardio, le cardio, le cardio.

L’associé de Salif m’apprend une chose fondamentale, à ramener le rythme cardiaque en 10 respirations à un niveau acceptable : « ton cœur t’a tout donné ; à toi de lui rendre de l’oxygène. C’est ton esprit qui contrôle ton cœur. Grace à lui tu as bien bossé. A présent fais le descendre ». Ses exercices respiratoires sont d’une efficacité redoutable et me permettent de revenir sur ring.

Un entraînement difficile pour une guerre facile

Tout en me faisant bosser, Coach Salif me conditionne au combat et à la réussite : « Tonton, nous sommes des tailleurs de diamant. La boxe est un art et tu dois écrire ton propre style. Ca va prendre du temps. Tu ne peux pas demander à la plante de pousser en deux jours. Il faut l’arroser, patienter, lui donner de l’amour. Ta boxe, c’est pareil. Prends le temps de la polir, comme si tu taillais les facettes d’un diamant. Ca va prendre quelques années, alors ne te précipite pas. Maîtrise ton corps, maîtrise ton souffle. Ne laisse pas ton orgueil polluer ta boxe. » Et de m’apprendre un superbe enchaînement : front kick, uppercut gauche, uppercut droit, middle kick, défense ! Et de conclure : « Pourquoi je veux que tu bosses dur ? C’est très simple : entrainement difficile pour guerre facile ». Pas d’autre règle !

Game over. Je reviendrai !

Salif, un coach qui tient ses promesses….

La séance se termine par un tourbillon. Alors que je crois en avoir fini pour today, le coach me fait enchaîner pompes, abdos, sauts, me demande de le porter et quand je lâche, il m’assène des coups dans les abdos, histoire de me montrer que la survie se joue dans la tête. Je la relève, je me relève et j’y retourne.

Dead.

K.O

Game Over

Là c’est vraiment fini…

Je récupère selon la méthode apprise aujourd’hui et je me jure de revenir très vite.

La douleur est une information.

Sentir son corps revivre est une jouissance.

Inutile de dire qui l’a emporté…

A propos de Salif Palm

Expert en arts martiaux et en préparation physique, Salif a créé le concept ISI « Intensif Sport Instinct ». Je ne vous ferais pas l’injure de décortiquer ces trois mots et la force de leur association. Il adore son métier et il kiffe de vous emmener plus haut, plus loin et de vous rendre plus fort, pour reprendre des mots chers au mouvement olympique.

ISI sur Instagram >> 

Training Day boxing

La salle >> Trainig Day Boxing, tenue par Cédric et Gary Anad

La Boutique >> Paris Fight – 50 rue Palloy 92110 Clichy – Métro Mairie de Clichy – Ligne 13…

Ne lâchez rien, ni aujourd’hui ni demain.

Vous aimez ? Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •