Polir son ego… et laver le dojo

Polir son ego… et laver le dojo

27 avril 2019 2 Par Denis Descamps

J’en conviens, un drôle de titre pour un article de Blog consacré au karaté… Et pourtant, c’est comme cela que tout a commencé. Quand je suis arrivé à mon premier cours de karaté, à Neuilly-sur-Seine, le Senseï m’a immédiatement demandé de « laver le dojo », désignant d’un air distrait un seau d’eau dans lequel baignait une horrible serpillière malodorante…

Etait-ce une blague ? Un bizutage ? Certainement…

Tétanisé par l’enjeu de ne pas perdre la face dès le premier cours, je restai comme pétrifié, incapable d’agir. Jusqu’à ce que je vois un gradé, ceinture noire autour de la taille, se baisser, essorer le bout de chiffon gris et, à genoux, nettoyer le parquet du dojo. Arrivé à mi-parcours, il se tourne vers moi, me tend l’objet de mon angoisse et me lance : « tiens, c’est ton tour, finis ! »

Cogito E(r)go Sum

Rentré chez moi, je vivais mal cette humiliation, essayant d’y opposer des arguments de nature hygiénique (la serpillière est vraiment sale), pédagogique (en quoi ça va me faire progresser ?) ou éthique (a-t-on le droit d’imposer ça à ses élèves, sous prétexte qu’on est vice-champion du monde de karaté ?)

Bref, ça ne passait pas !

Dès le 2e cours, j’essayais d’en parler au Senseï et à ma grande stupeur, il refusa d’aborder le sujet, se contentant de me rappeler que c’était lui qui fixait les règles et que si elles ne me convenaient pas, je pouvais partir.

L’ego : ennemi de l’efficacité en karaté ?

A cette époque, mon ego me dominait mais j’étais combattif et je ne voulais pas renoncer aussi vite. Je me lançai dans une entreprise démesurée : je tentai de rallier les autres pratiquants à ma cause. Peine perdue ! Je fus renvoyé dans mes 22 par l’ensemble du vestiaire et  l’un d’entre eux me dit : « ici c’est comme ça et tu verras que ça remet les idées en place ! ». L’affaire était entendue…

Alors je me pliai au règlement.

Semaine après semaine, j’oubliai ma frustration et j’essayai de comprendre ce que cette « servitude » pouvait m’apporter, sentant que ma colère initiale devait trahir une inaptitude à accepter l’essence des arts martiaux, qui est l’humilité. Je devais repartir de zéro.

GO beyond EGO !

Laisser jaillir la technique

Au-delà des bienfaits spirituels et des améliorations que la disparition de l’égo peut apporter (comme nous le rappellent Les quatre accords toltèques », que nous avons chroniqués ici >>), il m’est peu à peu apparu que polir son ego permettait d’améliorer l’efficacité de son karaté, pour une raison que je découvris bien pus tard en lisant cet excellent article, dont voici la quintessence :

A la différence des sports de compétition où l’entrainement vise à la performance et où l’Ego est facilement nourri, dans les budo, dans les bujutsu, l’essentiel du travail, dans l’idéal, consiste au contraire à tenter d’effacer l’Ego pour laisser la technique jaillir, sans pensée, Mushin no shin. Voici ce qu’en dit le maître zen, Takuan Soho:

« L’esprit devrait toujours être dans un état de fluidité, lorsqu’il s’arrête sur quelque chose le flux est interrompu et c’est l’interruption qui est préjudiciable au bien-être de l’esprit. Dans le cas d’un sabreur, cela signifie la mort. Quand le sabreur se tient devant son adversaire, il ne pense pas à son ennemi, ni à lui-même, ni aux mouvements du sabre de son adversaire. Il se tient juste là avec son sabre, qui oubliant toute technique, est prêt à suivre uniquement ce que lui dicte le subconscient. L’homme s’est effacé en maniant le sabre. Quand il frappe, ce n’est pas l’homme mais le sabre dans les mains du subconscient de la personne, qui frappe. »

Depuis, par la méditation, par la lecture, par le travail intérieur, par l’écoute, je continue à polir mon ego. Autant que mon état d’esprit d’occidental égotique me le permet, je prends conseil auprès du débutant, je remets en question mes certitudes, j’oublie de m’agacer, je reprends les exercices du néophyte, je me tais…

Pour le plus grand bien de mon âme et de mon karaté.

Et toi, comment gères-tu ton ego ? T’aide-t-il dans le combat ou penses-tu qu’en s’effaçant, il permet à la technique de jaillir ? Réponds-nous en commentaire 😉

Et ne lâche rien, ni aujourd’hui, ni demain.

Vous aimez ? Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •